Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma vie, son blog

Ma vie, son blog

Bonjour, Je m'appelle Victor LADOU. J'ai 33 ans et je mesure 1m88 pour 77 kilos. Et aujourd'hui, vous découvrez mon blog...


Apologie de l'ancien temps...

Publié par Victor Ladou sur 9 Septembre 2015, 18:32pm

Catégories : #La chronique du mercredi

Apologie de l'ancien temps...

... ou comme on aime si bien à le répéter : "C'était mieux avant".

Mais l'était-ce vraiment, mieux avant?

 

« C’était le bon temps, t’as raison ma colombe, c’était bien mieux, bien mieux avant. »

            François CORBIER – C’était le bon temps

 

Alors oui, j’ai bien cité le Corbier du club Dorothée, celui-là même qui a bercé mon enfance. Mais avant de rire, je vous invite à écouter cette chanson.

Et les autres aussi d’ailleurs.

 

Je suis né en 1980.

« Comment, mais tu n’as pas vraiment 33 ans alors ! »

Révélation. Scandale. Lynchage.

 

Non. Et je ne mesure pas 1m88 et il y a fort longtemps que je ne fais plus 77 kilos.

Mais, de la même façon que quand on aime on a toujours 20 ans, quand j’écris j’ai toujours 33 ans.

 

J'avais 10 ans au moment de la Guerre du Golfe.

"C'est la 3ième guerre mondiale!"

Tout un programme.

Je me souviens parfaitement de mes parents qui allumaient la télévision dès le matin pour suivre les actualités.

Une vaste fumisterie américaine.

 

J'ai grandi aussi avec l'épidémie de SIDA.

"Si tu fais l'amour sans capote, tu attraperas le SIDA!"

Tout un programme.

Allez vous construire une identité sexuelle avec ça.

Heureusement, nous avions Canal+ à la maison.

 

Et dans les années 90, on avait de vraies perspectives de carrière.

"Même si tu as des diplômes, tu finiras au chômage!"

Tout un programme.

Allez trouver une motivation suffisante pour réussir vos études et quitter le giron familial.

 

Je vous passe aussi le suicide de Kurt Cobain, les révélations sur le règne de Mitterrand, ma première fois catastrophique et l'arrêt du Club Dorothée...

 

Et pourtant, pourtant, j'aime les années 90. Que dis-je, je les vénère. J'ignore si Dieu existe ou pas, mais s'il tel est le cas, à ma mort je retournerais dans les années 90.

 

«Those were the days my friend
We thought they'd never end »

            Mary Hopkin – Those were the days

 

Pourquoi me demanderez-vous ? Etait-ce vraiment mieux avant ?

 

Je ne sais pas. Mais à l’époque, j’avais un truc que je n’ai plus aujourd’hui : toute la vie devant moi. Certes, les plus matheux d’entre vous auront vite fait le calcul et me diront : « Mais, tu es encore jeune».

 

Oui, je le suis encore.

Mais cela n’empêche pas que j’ai perdu une partie de l’insouciance que j’avais à l’époque.

 

J’avais des rêves à foison et le temps de les réaliser. Et rien que ça, c’est inestimable.

 

La vie était plus simple et se résumait alors au mot « sortir ».

Je sortais de la maison, du collège, du lycée, du lot…

Je sortais avec mes potes et, quand j’avais de la chance, des filles…

 

Certes, j’ai aussi une multitude de regrets relative à ces années là. Des actes manqués. Des relations gâchées. Des occasions ratées.

Qui ne s’est jamais dit « Si à l’époque j’avais su ce que je sais aujourd’hui… »

 

"Je ne voudrais pas refaire le chemin à l'envers mais je sais que je payerai cher pour revivre un seul instant..."

            Dave – Du coté de chez Swann

 

Mais quand j’y réfléchis bien, je n’en ai que trois. Trois choses dans mon passé que je changerai si je le pouvais. Trois vœux pour le génie de la lampe. Et encore…

 

Et encore, car si j’en changeais une seule, serais-je là encore à vous parler ? La question étant qu’est-ce que je serai prêt à sacrifier pour modifier ces trois choses.

 

Mes amitiés ? Mes amours ? Mes écrits? Vous ? Moi ?

 

Je ne le sais pas. Et je parfois je m’en fiche. D’autres fois non.

 

C’est la vie. La vie c’est des choix.

 

Alors oui, si je pouvais, je revivrais ces années bénies où la vie m’apparaît aujourd’hui comme plus simple, plus heureuse.

 

Même si elle ne l’était pas vraiment, soyons réalistes.

 

« Parce qu’aujourd’hui si ça se trouve c’est pas si mal, et on est malheureux parce qu’on le verra seulement plus tard. »

            Didier Super – La chanson qui va avec la bonne blague

 

Mais bon, le passé est stable quand le présent est fuyant et l’avenir incertain…

 

« Mais je fais semblant de ne pas avoir compris, qu’il n’y a pas de paradis »

            Carlos - Happiness

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents