Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma vie, son blog

Ma vie, son blog

Bonjour, Je m'appelle Victor LADOU. J'ai 33 ans et je mesure 1m88 pour 77 kilos. Et aujourd'hui, vous découvrez mon blog...


Le déménagement

Publié par Victor Ladou sur 26 Août 2016, 14:00pm

Catégories : #Ma vie son oeuvre

Le déménagement

L’amitié est une valeur sûre. Comme l’or ou les mouchoirs en papier à l’adolescence. Mais parfois, il convient de remettre en question cette amitié si chère et si ancienne.

 
Bonjour. Je m’appelle Victor LADOU. J’ai 33 ans. Je mesure 1m88 pour 77 kilos. Je suis brun aux yeux verts. Et aujourd’hui, j’ai déménagé mon meilleur ami.
 
Fait assez incroyable pour être souligné, cet homme est véritablement un ami de 30 ans. Nous avons fait les 400 coups ensemble, bu la même bière, fumé la même drogue mais, dieu merci, pas aimé la même fille. Je repense avec nostalgie à nos jeudis tout nus…
 
Bref, cessons de laisser gamberger le cerveau, ce sont les muscles qui doivent travailler aujourd’hui. Première étape, récupérer la camionnette de location. Direction, la société de location de camionnette.
 
Camionnette récupérée, départ vers le lieu à déménager. Nous roulons et, s’agissant d’un départ autonome, mon ami me demande de vérifier le kilométrage inscrit. Erroné. Demi-tour direction la société de location pour se rendre compte qu’ils se sont trompés de camionnette. Qu’importe, ils inscrivent le kilométrage exact et hop, nous repartons le cœur léger.
 
Le déménagement se passe et, lors du 3ième ou 4ième voyage, nous passons dans la ruelle où nous sommes déjà passés 3 ou 4 fois. Sauf que sur ce coup, je vois se rapprocher un peu trop vite de la voiture qui n’était pas garée là les 3 ou 4 fois précédentes.
 
« On passe pas » dis-je.
« On passe pas » répétai-je.
« Mec, on passe pas » criai-je avec un ton un poil plus aigu que ce que j’aurais voulu.
 
Afin d’éviter tout effet de style inutile visant à installer un suspens haletant et insoutenable, je dirai que mes prévisions étaient par trop pessimistes et que nous sommes effectivement passés sans encombre. Sauf au niveau du rétroviseur…
 
Nous avons continué le déménagement jusqu’à ce que sa compagne lui apprenne qu’il devait aller chercher (et par la même occasion moi aussi) une armoire qu’elle avait achetée la veille. Par acquis de conscience, nous avons pris des outils pour alléger l’armoire que nous devions porter.
 
Nous avons bien fait car elle avait plus que besoin d’être allégée. Nous l’avons entièrement démontée pour que 1) nous puissions la sortir de la chambre dans laquelle elle se trouvait et 2) la porter car j’ai connu des ânes morts qui pesaient moins lourd.
 
Bref, nous avons finalement terminé comme il se devait le déménagement et nous sommes allés rendre la camionnette à la société de location de camionnette, non sans une certaine appréhension.
 
Mon ami l’a passée au jet d’eau. C’est à dire, qu’il a pris la brosse fournie au portique et a nettoyé le pare brise sans introduire de pièce au préalable et nous l’avons apportée pour l’état des lieux.
 
Nous étions légèrement inquiets concernant le rétroviseur. Surtout mon ami dont c’était sa caution à lui qui était engagée. Et qui, en tant que digne représentant de la religion juive, tient à ses sous (comme prouvé précédemment).
 
La personne chargée de l’état des lieux, ou du truc identique mais pour les voitures, avait l’air aussi avenante qu’un cerbère de la porte en plein cycle menstruel. Je pense n’avoir jamais autant été fier de mon pote que quand il lui a répondu plein d’assurance : « Je ne sais pas. On m’a dit de prendre celui avec le rétroviseur de droite abimé et c’est ce que j’ai fait. En plus, il y a 7 kilomètres d’écart entre votre état des lieux et le chiffre que j’ai donné quand je me suis rendu compte que ce n’était pas le bon. Je ne sais pas ce qu’il a pu se passer durant ces 7 kilomètres. »
 
La personne a alors fait remarquer qu’il y avait deux infimes traces de boues sur le garde boue et nous a demandé d’aller le nettoyer le temps qu’elle vérifie si un constat d’accident avait été établi.
 
Nous sommes donc retournés à la station de lavage et avons passé un autre coup de brosse sur lesdites tâches (non sans qu’un client nous fasse remarquer que l’appareil était en panne). Finalement, au bout d’1/4 d’heure d’attente, la collègue débordée du cerbère lui a dit de rendre la caution et de venir l’aider.
 
Nous sommes donc repartis, fiers, vers le soleil couchant avec le chèque de caution.
 
Bonjour, je m’appelle Victor LADOU. Et mon meilleur ami a déménagé.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents