Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ma vie, son blog

Ma vie, son blog

Bonjour, Je m'appelle Victor LADOU. J'ai 33 ans et je mesure 1m88 pour 77 kilos. Et aujourd'hui, vous découvrez mon blog...


Le sanctuaire

Publié par Victor Ladou sur 30 Octobre 2015, 16:29pm

Catégories : #Ma vie son oeuvre

Le sanctuaire
De nos jours, l’homme moderne a besoin de s’évader un peu dans un endroit calme et serein afin de fuir les tracas quotidiens du monde qui l’entoure. Superman avait sa forteresse de solitude, Profit son carton et Hitler son bunker.
Mais qu’en est-il aujourd’hui ?
 
Bonjour. Je m’appelle Victor LADOU. J’ai 33 ans et je mesure 1m88 pour 77 kilos. Et aujourd’hui, je fais l’apologie du dernier sanctuaire : les toilettes.
 
Imaginez un peu un lieu magique et féérique où vous asseoir, un refuge où relâcher la pression (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) et vous vider la tête, et le reste aussi (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots).
 
Vous y trouverez toujours une activité plaisante à y faire : lecture, magazine, sudoku (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots). Vous pourrez aussi y lire vos courriels, regarder des vidéos ou mettre à jour votre statut sur les réseaux sociaux et y confirmer ainsi votre assise (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots).
 
Vous aurez tout le loisir d’y réfléchir calmement à la résolution d’un projet qui a du mal à passer (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots), de chercher une réponse à une question existentielle  coincée depuis un moment (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots).
 
Vous êtes stressé au travail ? Votre patron vous fait chier (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) ? Vous êtes lassé des querelles intestines (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) ?
 
Une seule solution pour fuir les emmerdes (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) : courez vous réfugier aux toilettes.
 
Alors certes, votre honneur sera sali dans la fuite (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots), mais quel soulagement de pouvoir s'y lâcher (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) quand vous poussez le verrou et évacuez tout ce qui vous pèse (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots).
 
Et vous y resterez jusqu’à ce que quelqu’un vienne tambouriner à la porte ou actionne plusieurs fois la poignée avec insistance, vous expulsant bruyamment (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) de votre paradis maintenant perdu.
 
Alors, détrôné (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots), vous retournerez affronter la cruauté du monde moderne et de son environnement hostile.
 
Et votre seule préoccupation sera de reprendre le large, poussé par un vent de liberté (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) pour retrouver votre état de grâce.
 
Bon, je dois vous laisser.
Zoé me presse de sortir (sans vouloir faire de mauvais jeu de mots) car elle désire prendre possession du saint lieu…

Commenter cet article

Melusine Hoffman 25/11/2015 15:48

Et éviter de faire des mauvais jeux de mots, ça t'a pas trop fait chier ? (sans vouloir faire de mauvais jeux de mots)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents